Archives Mensuelles: février 2012

Communiqué

Ce mercredi 14 décembre vers 15 heures, un groupe d’environ trente
personnes a agressé des lycéens du Lycée autogéré de Paris (L.A.P).
Peu avant, un groupe d’extrême droite désigné comme le  GUD s’employait à
diffuser des tracts dans le secteur (Paris 15e), quelques lycéens les ont
enjoints de cesser.
Manifestement insatisfait de cet état de fait, le groupe est donc revenu
en force afin de se livrer à une expédition punitive sur des lycéens au
sortir de leur établissement. Quatre personnes ont été visées, deux ont du
être hospitalisées, sans gravité pour l’un mais avec une blessure au crâne
pour l’autre. Ce dernier a pris un violent coup de pied à la tête et s’est
entendu dire « de la part du GUD ».

Ceci illustre très vraisemblablement la volonté de s’organiser pour la
mouvance fasciste qui s’exprime librement ces derniers temps dans les rue
parisiennes à l’occasion de diverses manifestations de protestations
notamment contre  des spectacles  jugés blasphématoires.

Depuis quelques années et plus encore en 2010, la question de la
réapparition du GUD est régulièrement évoquée. Ce mouvement avait évoluer
vers le traditionalisme ; la mobilisation récentes de certains milieux
catholiques dans les rues de Paris donnent sans doute à certains l’espoir
d’une réimplantation pérenne.

De tels faits sont de nature à constituer un défi pour le mouvement
ouvrier parisien en vue d’organiser les conditions d’une réponse adéquate.

COLLECTIF MISSAK & MÉLINÉE

missaketmelinee[at]riseup.net

Publicités

Michel Collon chassé de la Bourse du Travail : ce n’est qu’un début !

Le Collectif de syndicalistes antifascistes Missak et Mélinée se félicite de la décision des syndicats gérant la Bourse du Travail de Paris et de la CGT d’avoir annulé la conférence prévue avec l’intellectuel confusionniste Michel Collon. La venue d’un tel personnage aurait en effet donné un très mauvais signe aux militants – souvent sincères, hélas ! – qui se laissent abuser par les thèses confusionnistes, à l’heure où l’extrême droite cherche à séduire tout un pan du mouvement ouvrier par l’adoption de discours à caractère social.
Or, l’extrême droite sous toutes ses formes et ses amis – même lorsqu’ils se revendiquent de ce même mouvement ouvrier – ont toujours été les ennemis de la classe ouvrière. Les oripeaux sociaux qu’ils aiment adopter ne doivent pas cacher leur seule ambition : se mettre au service des dominants afin de sauver la domination, en particulier lorsque cette dernière entre en crise. Cela s’est déjà vu par exemple dans les années 1930, et c’est à ce phénomène que nous sommes de nouveau confrontés aujourd’hui.
Il s’agit pour le mouvement ouvrier d’en prendre la mesure, et l’annulation de la conférence du faux ami Michel Collon nous semble envoyer un signe fort en ce sens et constituer le premier pas vers une prise de conscience que nous espérons générale, dans la mesure où Collon, loin d’être aussi insignifiant qu’on peut à première vue le penser, est un symbole de ce confusionnisme malsain qui profite à l’extrême droite et un intellectuel encore malheureusement très écouté dans certains milieux militants.
Michel Collon, grand défenseur de la liberté d’expression, entend porter plainte à notre encontre : tant mieux, cela permet de mettre à jour toute la duplicité du personnage et de faire tomber le reste de masque qu’il lui restait à tomber depuis son soutien à des régimes autoritaires et son ralliement à l’initiative de négationnistes reconnues. Nous nous réjouissons de l’excuse avancée pour cette plainte qui montre bien la sincérité militante du personnage : nous aurions fait perdre des sous à ce vil marchand de tapis, qui a dû vendre les quelques bouquins qu’il avait emportés avec lui sur le trottoir devant une Bourse du Travail fermée. Le fait n’a en tout cas pas manqué de nous amuser !
Merci à la CGT et à tou-te-s les militant-e-s syndicaux-ales qui ont contribué à cette victoire, qui en amènera d’autres !
Collectif Missak et Mélinée
missaketmelinee[at]riseup.net